vendredi 15 avril 2016

initier, générer, impacter


Le verbe initier n'a qu'un seul sens correct en français : procéder à une initiation, à un rite initiatique ; tous les autres sens qu'on lui donne depuis vingt ans sont faux, tels ceux-ci : prendre une initiative, être l'initiateur de, être à l'origine de ou lancer une action.

Le verbe générer n'a qu'un seul sens correct en français, et il est d'ordre mathématique. Tous les autres sens sont faux : une mauvaise nouvelle cause de l'inquiétude, elle n'en "génère" pas.

Le verbe "impacter" est un anglicisme et un barbarisme. Il n'a aucun sens correct en français.

"À côté des verbes irréguliers, s'est constituée [à la fin du vingtième siècle] une nouvelle famille, celle des verbes laids. Sont apparus valider, checker, initier, générer, impacter. Ils font autorité plus qu'ils ne signifient. Ils attestent de l'appartenance du locuteur à la sphère "manageuriale". C'est un sabir qui se parle dans l'industrie, dans les services, dans les administrations, dans les médias et demain, qui sait, dans les abbayes." (Philippe Delaroche, Caïn et Abel avaient un frère, Éditions de l'Olivier / Le Seuil, 2000, p. 23)

mardi 5 avril 2016

note sur les memos et les focus


La Mission linguistique francophone [M•L•F•] ne manifeste aucune aversion pour la langue anglaise, bien au contraire. C'est ce qui la distingue d'autres organisations dites "de défense de la langue française".

Dans sa tâche permanente d'observation des coups portés à la langue française par les professionnels francophones de la communication, la M•L•F• ne s'emploie qu'à dépister les atteintes morbides (1) au vocabulaire et à la syntaxe de notre langue, celles qui lui occasionnent des pertes de sens, de substance ou de cohérence : lorsque le vocabulaire ou la syntaxe d'une autre langue font insidieusement irruption dans la nôtre, par ignorance, par incompétence, par snobisme, par suivisme, par corporatisme parfois, et non par choix créatif ou stylistique.

La Mission linguistique francophone ne s'autorise à émettre aucune objection à la libre anglophilie, voire anglomanie, de certains auteurs ou locuteurs francophones. Elle ne mène ni ce combat rétrograde ni aucun autre de même nature. C'est au contraire la pleine vitalité des langues, chacune dans sa sphère d'intelligence et de sensibilité, que notre organisation promeut pour le présent et l'avenir. Nos observatrices et observateurs réunis sous le pseudonyme collectif de Miss L•F•, ne font guère figure de vieux barbons crispés sur leur dictionnaire de termes vétustes...

C'est donc avec ce seul souci de clarté dans les emprunts langagiers que la Mission linguistique francophone alerte ici les habitués des "mémos" et des "focus" sur le fait que ces termes anglais dérivés du latin n'ont pas leur place dans la langue de travail des entreprises francophones. The focus, c'est le point (le point de netteté focale d'un système optique, vers lequel on fait la mise au point, par exemple) ; par analogie, to focus, c'est se concentrer (sur un sujet, comme les rayon lumineux se concentrent au point focal d'une lentille).

Quant à ce que les anglophones appellent aujourd'hui a memo (contraction de memorandum), en français c'est simplement une note (une note de service, par exemple), un compte rendu (de réunion, par exemple) et non un mémorandum (qui pourrait alors légitimement s'abréger en "mémo" dans notre langue aussi). La Mission linguistique francophone invite donc les responsables d'entreprises francophones à s'abstenir de demander à leurs interlocuteurs "un memo avec un focus sur les actions commerciales" - et à l'exprimer plutôt en français : "une note avec un point sur les actions commerciales" ou "un compte rendu des actions commerciales".

(1) Morbide : [adjectif] qui relève de la maladie ; à ne pas confondre avec sordide (qui évoque une extrême bassesse) ni macabre (qui évoque la mort, avec une certaine délectation).

CLIQUEZ ICI POUR ACCEDER AU SITE DE LA MISSION LINGUISTIQUE FRANCOPHONE [M•L•F•] 

dimanche 3 avril 2016

louer solidaire

Cherchant à concurrencer les sites de location de particulier à particulier, la mairie de Paris a créé un service municipal spécifique (1). Personne n'a été en mesure de lui trouver un nom en vrai français. La première magistrate de la ville semble avoir jugé préférable d'accélérer l'effondrement de la syntaxe et du vocabulaire en choisissant la dénomination "louez solidaire", qui viole durablement la grammaire du français. La Fondation Abbé Pierre tombe dans le même travers, sans davantage d'égards pour ce trésor premier des humbles : la langue qu'ils parlent sans bourse délier.

On apprend pourtant dès l'école primaire que les verbes (ici le verbe louer à l'impératif) sont qualifiés non par des adjectifs (ici solidaire) mais par des adverbes. En français, on participe activement, on donne généreusement, on informe charitablement et on agit solidairement.

La Mission linguistique francophone invite donc les propriétaires parisiens à s'abstenir absolument [et non "s'abstenir absolu", pour reprendre la même faute de construction] de "louer solidaire" comme les y exhorte leur mairie.

Nous nous plaçons en cela sous la protection de la loi de 1994 imposant aux administrations l'emploi du français, et non de ce charabia de stagiaire en roue libre, régurgitant la langue délabrée dont il s'est goinfré à longueur de pause de publicité devant la télévision. Il est encore temps de corriger en haut lieu cette atteinte négligente à une langue française qui n'en peut plus. La majorité du Conseil municipal n'est sans doute pas constituée d'ignares, sourds à la syntaxe de leur propre langue. Quant à l'entêtement dans l'erreur, si les élus locaux étaient tentés de s'y adonner comme s'y adonnent ici les cadres territoriaux concernés, rappelons-leur que ce n'est pas l'apanage des incompétents, mais que c'en est souvent le signe distinctif...

On note que l'incitation publicitaire placardée par la mairie de Paris "louez solidaire et sans risque" qualifie doublement le verbe : une fois correctement (locution adverbiale sans risque) et une fois n'importe comment.  Noue ne somme pas prof de français, mais sa nous constêrne... Tiens, là vous tiquez enfin, chers élus municipaux, n'est-ce pas ?  Les fautes de syntaxe sont pourtant plus graves que celles d'orthographe, car elles s'attaquent à l'intelligence même de la langue en faisant s'effondrer sa cohérence structurelle. Que n'y remédiez-vous ?

Nous ne doutons pas que la Fondation Abbé Pierre vous montrera la voie en rectifiant le tir la première, par charité pour le trésor premier des humbles évoqué ci-avant. A moins qu'à la Fondation aussi, les entêtés dans l'erreur règnent en maîtres.

(1) Un service spécifique... et non un service "dédié".

NDE : Historiquement, la dérive de l'adverbe vers l'adjectif correspondant s'est répandue en France sous l'influence d'un slogan publicitaire ainsi formulé dans les années 1980 : "ne bronzez pas idiots", sur le modèle de l'expression "ne pas mourir idiot". Il se trouve que "mourir idiot" est parfaitement correct sur le plan grammatical, puisqu'il est question de mourir en étant idiot, et non pas de mourir idiotement (par exemple d'un coup de bilboquet sur le crâne). "Bronzer idiot" avait déjà un statut grammatical plus ambigu, puisqu'il s'agissait moins d'être un idiot, reconnaissable au choix de vacances sans intérêt, que de bronzer idiotement car sans rien faire d'intelligent, à la façon d'un idiot que l'on n'est pas. Le succès de ce slogan a engendré une multitude de titres d'articles de presse et de prises de parole publique sur le même modèle ("ne votez pas idiot", "ne mangez pas idiot" ; puis "votez utile" au lieu de votez utilement, ou "mangez sain" au lieu de mangez sainement). Ce tic médiatique a fait tache d'huile dans le français familier. "Louer solidaire" descend donc directement de la contorsion publicitaire "bronzer idiot", et non de "travailler dur" ou "frapper fort", tournures irréprochables, car dur et fort y sont bien des adverbes invariables et non les adjectifs homonymes.